Le bureau d’architectes B612 associates a conçu le masterplan pour un nouvel écoquartier à Woluwé-Saint-Lambert. C’est dans ce cadre qu’a été prévue, pour fin 2020, la reconstruction de l’école d’enseignement spécialisé La Charmille et de l’école maternelle et primaire du Parc Schuman. Pour que ces bâtiments soient agréables, ludiques, pédagogiques et fonctionnels, il était important de prévoir une excellente acoustique, les écoles (et leurs salles de sport) étant par essence des endroits bruyants.

CHarmille Schuman

« Les différentes salles de l’école du Parc Schuman sont concentrées autour d’un espace central vertical généreux et flexible, constituant le cœur de vie de l’école, lieu de circulation, mais aussi de rencontre, d’agrément et d’apprentissage », expliquent les architectes. « Au rez-de-chaussée, le bâtiment présente une très belle séquence spatiale, entièrement de plain-pied, ouverte, fluide, polyvalente et transparente depuis la cour de récréation. Aux étages, les classes sont fixes ou modulables et organisées autour du hall central multifonctionnel, éclairé naturellement et zénithalement. »
L’école spécialisée de la Charmille est quant à elle organisée de manière centralisée et compacte afin d’en optimiser le coût de construction et de maintenance, mais également le comportement thermique et la fonctionnalité. « Elle s’organise autour d’un puits de lumière, un cœur de vie central multifonctionnel particulièrement important, puisque ce type d’enseignement spécifique donne lieu à de nombreux échanges et circulation entre les différentes salles de cours et d’activités. Des locaux paramédicaux, de psychomotricité et de soins sont situés au 2e et 3e étages, à côté de la salle de gymnastique. Cet espace sportif dispose d’un très beau volume, sur deux niveaux, et bénéficie de vues et d’un éclairement naturel très qualitatif et varié. »

Comment gérer le bruit des espaces centraux verticaux ?

Les espaces centraux verticaux, qui amènent énormément de lumière dans les bâtiments, génèrent également pas mal de bruit. Il fallait donc choisir des matériaux d’isolation assurant le nécessaire bien-être acoustique des utilisateurs de l’école. « Des plaques Cleaneo Alternato ont été installées dans toutes les parties communes, telles que les circulations autour du puits de lumière et les escaliers », explique Adrien Tardy, Business Development Manager Plafonds chez Knauf. « Notre choix s’est porté sur ces plaques afin de mieux répondre aux exigences acoustiques de ces espaces bruyants, en prévoyant un faux-plafond esthétiquement agréable et qui se marie bien avec la fluidité de ces espaces », continue Olivier Mathieu, architecte-partenaire chez B612 associates. Ces plaques, à perforations rondes en quinconce et aux quatre bords feuillurés, ont été enduites et peintes sur place puis vissées sur les structures par la société Alex sprl ».

Comment gérer d’autres bruits, ceux des salles de sport ?

Dans une école, la salle de gymnastique ou de sport est l’endroit où les bruits sont sans aucun doute les plus variés et les plus gênants. Tant dans la salle semi-enterrée du Parc Schuman que dans celle située aux étages de l’école Charmille, il était plus que nécessaire de prévoir des solutions acoustiques à la fois performantes et simples à installer. Le choix des architectes s’est donc porté sur les panneaux Organic Twin de Knauf, pour une superficie d’environ 1200 m2 (400 m2 pour Charmille et 800 m2 pour Schuman). « Nous avons choisi ces panneaux parce qu’ils assurent un confort acoustique, une bonne résistance aux chocs, une facilité de montage et un aspect esthétique qui s’associe bien avec les éléments en béton apparent présents dans les salles », précise Olivier Mathieu.
Placées par la société MCO, ces dalles acoustiques multicouches sont constituées d’une âme en laine de roche à haute densité et de 2 parements en laine de bois très fine (1 mm épaisseur). « Ces panneaux sandwich permettent une absorption acoustique d’environ 90 % (valeur moyenne), tout en utilisant un minimum de place », explique Adrien Tardy. « Ils sont arrivés sur le chantier déjà peints en blanc et chanfreinés en usine et ont été directement chevillés dans le béton. »

Un défi de taille vu la spécificité des lieux

Tout cela paraît simple. Pourtant, le défi était de taille. Adrien Tardy : « Dans les deux salles de sport, avec les fenêtres hautes et des éléments tels que les cordes suspendues au plafond, il n’était pas possible de travailler avec un plénum. Le problème est que, sans plénum, l’absorption acoustique est faible. Les produits à particules ouvertes habituellement utilisés ne convenant pas, le choix s’est porté sur des dalles Organic Twin de 35 mm d’épaisseur. » De plus, « pour les salles de sport, il faut combiner deux exigences contradictoires : la résistance aux chocs et l’absorption acoustique. Cette dernière peut s’avérer problématique puisque, dans ce type de pièces, nous devons faire face à une représentativité de fréquences sonores très importante, allant des fréquences graves – celles des chocs de ballons contre le sol par exemple – inférieures à 1000 Hz à des fréquences élevées – celles des cris aigus des enfants – pouvant monter jusqu’à 4000 ou 5000 Hz. »
L’avantage des dalles Organic Twin est que la fibre de bois absorbe les sons de façon efficace et de manière relativement homogène, pour l’ensemble des fréquences audibles. « Les produits textiles ou en laine de roche sont excellents pour l’absorption des sons supérieurs à 1000 Hz, mais pas pour celle des sons graves », reconnaît Adrien Tardy. « Les dalles Organic Twin permettent une bonne restitution du son car toutes les fréquences sont corrigées de façon presque similaire. »

Les dalles Organic Twin ont également été utilisées au nouveau Colruyt de la place Jourdan (Bruxelles), pour la correction acoustique d’une zone de stockage et de déchargement, avec du passage de matériel roulant et, ici aussi, l’absence de plénum.

Envie d’en savoir plus sur nos produits Organic ?